Chapelle  Saint-Gonvel

Aujourd'hui nichée dans un écrin de verdure, près du port d'Argenton sur la commune de Landunvez, et à proximité du menhir de Mein-Melliguet et du GR34, cette chapelle date du XVIe siècle.
Elle n'est, pour l'instant, ouverte que dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine.
 

Environ 1920

Environ 1955                                     

Environ 1930

Environ 1960

Autrefois sur les dunes à proximité directe de la mer, la chapelle Saint-Gonvel est aussi appelée Saint-Gonvel-les-Dunes (Sant Gonvel an theven) ou Saint-Guenaël au XVIe siècle ou Saint Gouarch au XVIIe siècle. Elle était très vénérée par les marins, pêcheurs, maîtres de barques et marchands qui y avaient laissé plusieurs ex-voto en action de grâces (malheureusement aujourd’hui disparus).
D’un plan rectangulaire, la chapelle est dotée d’un mur-clocher aveugle, mais au XVIe siècle elle était beaucoup plus importante.
En effet, à l’autre extrémité du bâtiment côté est, on aperçoit la trace d’une grande arcade du type arc diaphragme qui servait à séparer deux ensembles, l’un pour les fidèles (édifice actuel), l’autre réservé pour le clergé pour la célébration de l’Eucharistie qui a sans doute été détruit à la fin du XVIIIe siècle ou début du XIXe. C’est sans doute à ce moment qu’un mur a été élevé sous l’arcade dans lequel a été inséré une petite baie à soufflet et deux lancettes, toujours visibles de l’extérieur.
A la base de l’angle sud-est du pignon sont disposées deux longues pierres.
 
En observant attentivement celle du dessous, on y observe des gravures qui confirment que c’est une stèle gauloise qui a été réutilisée, sans doute dans la volonté de christianiser un lieu de culte ancestral.
L’entrée de la chapelle est située sur la façade sud entre deux débris de stèles gauloises qui ont pu supporter des croix. On aperçoit encore sur l’une d’elle une croix gravée.
 
Au-dessus de la porte, dans une niche, une tête énigmatique accueille le visiteur.
Son état d’érosion indique qu’elle a longtemps été exposée aux intempéries, elle pourrait donc provenir d’une statue mutilée dont on ignore l’emplacement.
En attendant de retrouver sa place dans le clocher, la cloche de la chapelle est pour le moment en sécurité dans la salle paroissiale à la Mairie.
 
Inscriptions sur la cloche  :
« FAITE EN 1844 POUR LA CHAPELLE DE S GONVEL – PARRAIN M POULLAOUEC MAIRE – ROLLAND RECTEUR – MARRAINE M PRVOST NEE SCANNER » - « VIEL »

 

Elle ne peut pas être exposée à nouveau sans une restauration (changement du mouton, remise en état des deux oreilles,... ).
A l’intérieur, sur le mur du fond, reconstruit sous l’arcade, est appuyé un autel de pierre dont la table est creusée en carré en son centre sans doute pour y recevoir des reliques.
L’ensemble du pignon a été recouvert au début du XIXe siècle par un joli retable. Adossé à un rideau à l’italienne, amorti par un fronton classique, rythmé par des pilastres qui encadrent des niches en trompe l’œil, le retable s’égaye de faux marbres bien exécutés et d’une frise, au-dessus des chapiteaux ioniques et de chaque côté de la voute, d’une charmante guirlande de fleurs et d’oiseaux.
 
Au plafond, on découvre les visages angéliques de toute une famille autour de deux cœurs enamourés dont l’un est meurtri et orné de deux roses. Il pourrait s'agir d'une représentation, très commune au XIXe siècle, du Sacré-Cœur de Jésus telle qu'elle illustre la fête du même nom instituée par l'Eglise en 1856. La couronne de roses est un des emblèmes de Marie (d'où le Rosaire) et on peut penser que le cœur percé est une illustration de l'évangile de saint Luc "et toi-même un glaive te transpercera l'âme" (Lc 2, 35) » 
Autrefois, trois statues en bois polychrome ornaient les niches du retable :
Un Christ montrant ses plaies à Saint-Thomas (actuellement entreposé dans la sacristie de la chapelle de Kersaint)
Un Saint Gonvel en moine et une Vierge à l’Enfant.
 
Et deux bannières, actuellement conservées dans l’église de Landunvez, étaient accrochées aux murs : celle de Sainte-Thérèse-Sainte-Philomène et celle de la Vierge.
A l’extérieur, le calvaire monumental, en gradins, semblable à celui de la pointe Saint-Mathieu, remonte vraisemblablement au Moyen-Age, et trône au milieu de cet espace qui était l’ancien cimetière entourant la chapelle.
Jusqu'à un passé récent, le Pardon de Saint-Gonvel avait lieu le troisième dimanche de septembre et connaissait un beau succès d'affluence, comme le témoigne cette photo de 1903.
Vous possédez des photos, gravures, cartes postales anciennes de la chapelle ? Nous vous serions très reconnaissants de les partager avec nous. Prenez contact

Vous souhaitez participer activement à la rénovation de la chapelle ?

Alors faites un don (réduction d’impôt) en cliquant sur                     

2021-02-11 a
Chapelle de St Gonvel -1
Chapelle St Gonvel - clocher
Chapelle St Gonvel 2
Chapelle St Gonvel - tête en kersanton
Chapelle St Gonvel 3
Chapelle St Gonvel 4
Chapelle St Gonvel 5
Chapelle St Gonvel 6
2021-02-11 k
Chapelle St Gonvel _ intérieur en août 2

Vous souhaitez participer activement à la rénovation des chapelles ?

Alors faites un don (réduction d’impôt) en cliquant sur                     

ASCL ; Mairie ; 29840 LANDUNVEZ

Mail : chapelleslandunvez@gmail.com

Crédits photos : Amaury du Chéné ; CoReum ; Yves Duflot ; Christian Huberdeau ; Jean-Yves Le Dreff ; Brigitte Le Guen ; Benoist Lejeune ; Marie-Christine Pellen

© 2020 par ASCL. Créé avec Wix.com